Ventouses

Les ventouses thérapeutiques

Les ventouses thérapeutiques étaient déjà utilisées dans l’ancienne Égypte, comme en témoigne le manuscrit d’Ebers (1550 av. J.-C.). Ce véritable manuel médical traitait de l’utilisation des ventouses dans le traitement des douleurs et pathologies. Plus tard, autour de 400 av. J.-C., Hippocrate fit également usage de ventouses, les conseillant dans le cas de différentes pathologies (rhumatismes, problèmes gynécologiques…).

L’utilisation des ventouses médicales et leur succès étaient tels qu’on les retrouvera chez de nombreuses civilisations (chinoises, musulmanes, grecques…) et à presque toutes les époques.

En France, elles furent très populaire jusqu’au XXe siècle, puis furent délaissées avec la découverte des antibiotiques dans les années 50. Nous connaissons tous une personne âgée qui, dans sa jeunesse, les utilisait par exemple en cas de bronchite !

Les techniques entourant l’utilisation des ventouses portent plusieurs noms en fonction des régions du monde : cupping, Hijama, ventousothérapie…

Ventouses à chaud : Ce sont des ventouses en verre qui sont utilisées. Le vide est fait à l’aide d’une flamme.

Ventouses à froid : On utilise ici des ventouses en plastique. L’aspiration se fait à l’aide d’un pistolet.

Ventouses humides : La pose est de 5 minute, puis on « picote » la peau avec une aiguille stérile afin d’en faire sortir un peu de sang (le sang évacué est chargé de toxines, de cellules sanguines vieilles et/ou anormales). Ce procédé est quelque peu désagréable mais rapide. La sensation est semblable au picotement de l’aiguille lors d’un tatouage. Cette technique ne laisse aucune cicatrice. Les ventouses et le matériel stérile sont à usage uniques et donc jetés après usage. Elle sont donc en supplément de 1 euro par ventouse. Ce procédé n’est pas utilisé systématiquement, il reste totalement facultatif n’est réalisé que sur demande spécifique du client.

Plusieurs techniques peuvent être utilisées, toujours choisies par le praticien en fonction de la pathologie.

  • La tonification : Application et retrait rapide de la ventouse (moins d’une minutes), répété plusieurs fois.
  • La dispersion : Pose de ventouses fixes durant plusieurs minutes (de 10 à 20 minutes)
  • Le glissé : Une fois le corps huilé, les ventouses seront fixées avec une faible pression, puis déplacées en massage, sur certains méridiens, ou pour drainer la cellulite.
  • Recommandations : Être à jeun depuis au moins 4 heures multiplie les effets positifs de la séance de Cupping. Pour les personnes trop faibles qui ne peuvent jeûner si longtemps, il est conseillé de manger léger, tout particulièrement si l’on vise à améliorer le bien-être gynécologique ou digestif.

    A l’issue d’un bref entretient, je détermine les points d’acupuncture qui correspondent à votre pathologie ainsi que la technique à utiliser (tonification, dispersion ou glissé). Nous procédons éventuellement à l’application d’un cataplasme d’huile de ricin d’excellente qualité et d’huiles essentielles appropriée durant 20 à 30 minutes. Cela permet de chauffer et de créer un afflux de globules blancs (cellules nettoyeuses du système immunitaire) sur la zone couverte et de favoriser une puissante détoxication.

    Afin d’apaiser les tensions, de drainer les toxines et de préparer le corps aux ventouses, nous procéderons ensuite à un massage, en insistant sur la zone du corps à travailler.

    C’est seulement après que nous effectuerons la pose de ventouses sur les points d’acupuncture (ou points Sunna pour la Hijama).

    La séance s’achève sur un massage harmonisant et relaxant.

    Les zones traitées peuvent prendre une couleur rouge ou violette.

    Elles disparaissent en 3 jours à 1 semaine et ne sont pas inquiétantes.

    Vous devrez éviter la consommation d’aliments gras, de produits laitiers, de viande rouge et augmenter sa consommation d’eau durant les 48 heures suivant sa séance.

    Contre-indications :

    • Enfants de moins de 5 ans
    • Femmes enceintes durant les trois premiers mois de grossesses
    • Suspicion d’hémorragie
    • Insuffisance cardiaque ou cardiopathie sévère

    AVERTISSEMENT : La pose de ventouses peut occasionner certains désagréments, comme des céphalées, des sensations de nausées et des états de fatigue. Ces symptômes restent exceptionnels et ne sont pas dangereux ; vous devez néanmoins me contacter en cas de doute, et en avertir votre médecin de famille.

    Si vous constatez des douleurs sur la zone de pose des ventouses ou une apparence anormales des ecchymoses, contactez-moi immédiatement afin de déterminer si une redirection vers votre médecin traitant est nécessaire.

    L’utilisation des ventouses ne doit en aucun cas remplacer votre traitement habituel. Elles ne se substituent à aucune consultation chez le médecin. Votre médecin est le seul habilité à réaliser un diagnostique.

Utilisations : 

Les ventouses peuvent vous apporter du bien être et vous accompagner dans le cadre d’un traitement médical, en accord avec votre médecin, afin de vous apporter du bien être. Demandez conseil à votre naturopathe Diana Flajolet au 06.85.78.08.32

Cette méthode ne se substitut en aucun cas à un avis médical compétent. Il ne vous sera jamais demandé d’arrêter votre traitement allopathique.

Un commentaire sur “Ventouses

  1. Pingback: Tarifs des prestations - Diana - Coach Naturopathe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *